SWISS annonce des mesures permettant d’établir une base de rentabilité et de compétitivité dans une perspective de croissance

18.01.2005

La conjoncture défavorable, caractérisée surtout par la pression qu’exercent les compagnies Low Cost et par l’érosion du revenu sur le segment de marché européen, contraint SWISS à se recentrer sur des structures rentables et compétitives. La compagnie doit donc prendre de nouvelles mesures décisives. Elle projette de réduire sa flotte d’au moins 13 unités dans le segment des avions régionaux. Les vols supprimés devront être exploités par des compagnies aériennes partenaires afin que la clientèle puisse profiter de nombreuses dessertes à des conditions avantageuses. Cette décision et les mesures connexes entraîneront dans les 18 mois à venir la suppression de 800 à 1000 emplois. Des économies sont envisagées dans le cadre des pourparlers avec les fournisseurs et des négociations portant sur la convention collective de travail. SWISS vise une réduction de CHF 300 millions des coûts nets. Cette réduction, au effets récurrents d’une année sur l’autre, sera intégralement atteinte d’ici à 2007.

Le Conseil d’administration et la direction de SWISS veulent s’assurer de la compétitivité de l’entreprise à long terme en prenant de nouvelles mesures. Le potentiel de la compagnie nationale en réseau doit être pleinement utilisé tout en procédant à une diminution substantielle des coûts. L’objectif est d’atteindre la profitabilité et de bénéficier d’une marge de manœuvre pour investir et envisager la croissance future.Compte tenu des prévisions actuelles, SWISS ne sera pas en mesure d’afficher un résultat positif en 2005 si elle ne s’engage pas rapidement sur la voie annoncée.

Transformation du réseau et de la flotte

SWISS veut renforcer son hub zurichois et transformer le système de dessertes au départ de Bâle et de Genève afin de couvrir les coûts de production. Pour ce faire, elle projette de multiplier les dessertes en partage de code au départ de Zurich, et de privilégier les avions de plus grande capacité afin d’offrir aux passagers un confort accru tout en réduisant les coûts unitaires pour s’aligner sur ceux des Low Cost.

Il est prévu qu’une grande partie des destinations desservies au départ de Bâle soit reprise par des compagnies partenaires courant 2006. SWISS veut être présente à Bâle par l’intermédiaire de ses partenaires en proposant des vols en partage de code sur toutes les destinations afin que sa clientèle bâloise continue à profiter des avantages du programme de fidélisation SWISS Travel Club et à réserver tous ses vols par l’intermédiaire de SWISS. La maintenance bâloise sera adaptée en conséquence.

A Genève, les liaisons déficitaires seront analysées et confiées le cas échéant à des compagnies partenaires. Le réseau actuel ne devrait pas s’en trouver modifié.

La compagnie étudie actuellement avec les compagnies partenaires et les repreneurs potentiels quels avions seront concernés par la réduction de la flotte.

Aux mesures envisagées s’ajoute un projet de fermeture de ECA (Europe Continental Airways), filiale française de SWISS. Le Comité d’entreprise en a été informé à l’initiative de la direction d’ECA.

Suppression de 800 à 1000 emplois d’ici à mi 2006

L’objectif explicite de SWISS est de garantir à long terme un maximum d’emplois et, le temps venu, d’en créer de nouveaux. Les tâches de tous les collaborateurs - dans le cockpit, en cabine comme au sol, ainsi qu’à l’échelon des cadres de l’entreprise - devront à l’avenir être réparties dans un plus grand souci de productivité. Parallèlement à l’amélioration de l’efficacité et de la productivité sera promue une structure salariale compétitive.

SWISS veut entamer dès à présent les négociations avec les syndicats. SWISS a préparé la documentation nécessaire aux premiers entretiens avec les partenaires sociaux. L’objectif est de trouver un terrain d’entente dans les semaines à venir. Les aspects particuliers des négociations seront abordés dans un deuxième temps.

Economies supplémentaires dans le domaine des coûts matériels

Les coûts matériels internes et externes (fournisseurs) doivent notamment être jugulés. L’achat de prestations auprès de tiers sera à l’avenir placé sous le contrôle d’un «Chief Procurement Officer » ou directeur des Achats, nouveau poste à créer.

Positionnement : une compagnie européenne haut de gamme prospère

SWISS préservera à l’avenir son identité : une compagnie en réseau opérant à partir du hub zurichois, desservant l’Europe et le monde entier. Grâce au nouveau concept utilisateurs de l’aéroport de Zurich, SWISS peut dès à présent tabler sur l’un des aéroports les plus attrayants d’Europe. Genève relie(ra) la Suisse Romande au hub zurichois et propose(ra) des liaisons internationales directes. Bâle offrira de nombreuses destinations directes par l’intermédiaire de compagnies partenaires. Lugano sera desservi comme jusqu’à présent par une compagnie partenaire.

SWISS continuera à se développer dans une perspective haut de gamme. Les nouveaux sièges des Airbus A320 y contribueront, de même que le nouveau concept utilisateurs à l’aéroport de Zurich, qui apporte une importante valeur ajoutée à la clientèle de la compagnie. Le Boeing Business Jet à destination de Newark est un produit de qualité pour la clientèle d’affaires.

L’an passé, SWISS a pu augmenter le coefficient d’occupation de son réseau de lignes de 2.5 points à 74.9%, grâce aux performances des dessertes intercontinentales. En revanche, les dessertes européennes se sont révélées décevantes. Les analyses montrent que ce segment de marché ne peut pas dégager de bénéfices avec la structure de production actuelle. Christoph Franz, président directeur général de SWISS déclare : « Les progrès réalisés jusqu’ici en termes d’amélioration de la structure de coûts et de mises en avant de recettes potentielles sont remarquables. Ils sont toutefois largement insuffisants en regard du développement du marché. Les mesures qui viennent d’être annoncées sont incontournables pour que SWISS devienne compétitive à long terme et qu’une perspective de croissance se dessine ».