Inquiétudes du Conseil d’administration concernant les négociations avec le personnel navigant en vue des CCT

19.05.2005

Aujourd’hui en réunion, le Conseil d’administration de SWISS a procédé à un état des lieux concernant les négociations entamées fin janvier avec le personnel navigant commercial et technique en vue de nouvelles CCT. Il est apparu qu’aucun progrès, peu ou prou, n’avait encore pu être enregistré avec les syndicats Kapers, Unia et Swiss Pilots. Des négociations actives ont lieu avec Aeropers, mais aucun résultat définitif n’a encore pu être arrêté.

Le Conseil d’administration fait clairement part de sa déception quant à l’évolution des négociations portant sur la CCT du personnel navigant. L’objectif de transformer SWISS en une compagnie compétitive à long terme ne peut être atteint que si la structure de coûts est adaptée aux conditions du marché. Pour ce faire, SWISS est dans l’obligation de se défaire d’une partie de son personnel en surnombre, d’augmenter sa productivité et d’imposer une structure salariale concurrentielle. Tant que les syndicats ne s’engageront pas explicitement en faveur de la résolution des différends, un assainissement rapide restera hors de portée, de même que de nouvelles perspectives de croissance.

Le Conseil d’administration exhorte les syndicats du personnel navigant à abandonner leurs positions rigides sur certains points et à apporter une contribution notable à l’amélioration de la structure de coûts. Il déplore que Swiss Pilots ait à nouveau décidé de recourir à la voie juridique en faisant appel au tribunal arbitral au détriment de négociations. SWISS est toujours disposée à prendre place autour de la table de négociations en vue d’un dénouement. Y compris avec Swiss Pilots.

La compagnie s’efforce continuellement de trouver des solutions viables et durables avec les partenaires sociaux afin de garantir l’emploi à long terme.

C’est avec satisfaction que le Conseil d’administration a pris acte de la clôture des négociations portant sur la nouvelle CCT du personnel au sol, entrée en vigueur dès le 1er avril 2005.

Les cadres et la direction apportent également une contribution en renonçant à cinq jours de vacances au maximum ainsi qu’à 10% de leur pourcentage variable.